Google+

Cinéma, en 2012 des films qui sortent du lot, des confirmations, des découvertes, des tendances ?

Poster un commentaire

janvier 9, 2013 par mediamons

D’abord disons tout de suite que ce repérage est basé sur l’entrée dans les collections cinéma de la médiathèque du manège-Mons des films édités en DVD durant l’année 2012. Il reprend donc des titres sortis en salle parfois en 2010 sinon en 2011. La première liste de films sortant du lot n’est pas hiérarchisée et ne se limite pas à dix selon la loi des « best-of ». Plus de vingt titres repérés parce qu’ils confirment l’originalité du point de vue plutôt que le talent de cinéastes confirmés mais aussi la découverte et l’affirmation de réalisateurs plus jeunes dont le deuxième ou le troisième film confirme la pertinence de l’attention qu’on leur portait.

Cette liste n’aurai pas de sens si elle ne renvoyait pas à d’autres films peut-être plus imparfaits, plus fragiles mais qui donnent à penser le cinéma comme un rapport au monde. Ils sont porteurs de tendances qui émergent ou ils sont le reflet d’une réalité sociale ou culturelle particulière et à ce titre ils apportent aussi quelque chose de précieux dans notre compréhension de l’autre ou d’enjeux de société.

Enfin, les tendances qui sont formulées sont très relatives dans la mesure où l’édition sur le support DVD est filtrée par des impératifs économiques d’édition et de distribution qui ne reflètent pas entièrement la production ou la création mondiale. Déjà combien de films parmi ceux présentés dans les divers circuits de festival parviennent ils  à être programmés dans les  salles d’art et d’essai pour ensuite  bénéficier d’édition DVD ou d’un passage à la VOD ?

Repérage : Les films qui sortent du lot

« Take shelter » de Jeff Nichols  VT0596.

« Twixt » de FF Coppola VT0640.

« Cosmoppolis » de David Cronenberg VC1646.

« A dangerous method » de David Cronenberg VA0881.

« Go Go Tales » d’Abel Ferrara. VG0451.

« Restless » de Gus Van Sant VR0426.

« La dernière piste » de kelly Reichardt VD0903.

« Laurence anyways » de Xavier Dolan VL1168.

« Curling » de Denis Côté VC1618.

« Drive » de Nicolas winding Refn VD0711.

« Moonrise Kingdom » de Wes Anderson VM2728.

« Shame » de Steve MC Queen VS1548.

« Hors satan » de Bruno Dumont VH0551.

« L’appolonide » de Bertrand Bonello VA0870.

« La guerre est déclarée » de Valérie Donzelli VG0386.

« Mélancholia »  de lars Von Trier VM2639.

« Oslo, 31 aoû »t de Joachim Trier VO0249.

« Barbara » de Christian Petzold VB1178.

« Le cheval de Turin » de Bela Tarr  VC1631.

« Faust » d’Alexander Sokourov VF0862.

« Avé » de Constantin Bojanov VA0977.

« Habemus papam » de Nanni Moretti VH0539.

« L’étrange affaire Angelica » de Manoel de Oliveira VE0472.

« Ce cher moi d’août » de Miguel Gomes VC1437. (Film de 2008 arrivé en 2012).

« Une séparation » d’Asghar Farhadi VU0244.

« Le fossé » de Wang Bing VF0852.

 

Confirmations-Découvertes-tendances

Le cinéma indépendant américain et le Southern gothic

La découverte de Jeff Nichols au travers de « Take shelter » et de son film précédent « shotgun stories » est aussi reliée à celle d’autre jeunes cinéastes qui s’autoproduisent, réalisent des fictions à la frange du documentaire, situées dans des lieux de nature ou des milieux peu explorés par le cinéma, sur des personnages aux conditions de vies précaires ou ordinaire. Une attirance pour le sud des USA a amené des critiques à définir cette tendance sous le concept de « southern gothic » qui est relié a des références littéraire (William Faulkner, Tennessee Williams…) ou à l’influence stylistique de Térence Mallick  (les moissons du ciel) ou  de Robert Mulligan (un été en Louisiane, du silence et des ombres). On parle beaucoup actuellement du film de Benh Zeitlin « les bêtes du sud sauvage » qui a reçu la caméra d’or à Cannes cette année et vient confirmer cette tendance.

« Shotgun stories » de Jeff Nichols VS1194.

« Two gates of sleep » de Alistair Banks Griffin VT0620.

« Summertime » de Matthew Gordon VS1573.

Mais aussi le jeune cinéma  indépendant :

« Putty hill » de Matthew Porterfield VP1189.

« Winter bone » de Debra Granik VW0113.

« Wise kids » de Stephen Cone VW0139.

« Marta, Marcy may, Marlene » de Sean Durkin VM2697.

Mélancolie scandinave

Dans le prolongement de la mélancolie profonde qui touchait déjà les figures tutélaires du cinéma scandinave (Bergman, Dreyer) se profile le désespoir de « mélancolia » de Lars Von trier et d’ « Oslo, 31 août » de Joachim trier.   Elle diffuse plus largement dans une production actuelle qui ne manque pas d’intérêt mais qui doit plus à l’univers de Stieg larson qu’à la rigidité fantaisiste du mouvement « dogma ».  Des séries comme « the killing » ou « borgen »et « wallander ». Les films de Thomas Alfredsson (Morse, la taupe) ou de Pal Sletaune ( babycall). Plus proche du formalisme inspiré du « dogma » ou du schéma cinématographique d’un Michael Hanneke,  « play » de Rubben Ostlund est une découverte singulière.

« Play » de Rubben Ostlund VP1243.

France : Les femmes à l’avant plan

Sans généraliser, car la proximité avec les circuits de distribution français peut aussi en fausser l’évaluation, il semble que beaucoup  de propositions intéressantes du  cinéma français viennent  actuellement de femmes réalisatrices.  Bien sur il y a la bonne tenue de  réalisateurs confirmés comme Jacques Audiard (de rouille et d’os), Philippe Garrel (Un été brulant) , Christophe Honoré (Les biens aimés) ou Robert Guédigian (les neiges du Kilimandjaro) mais les vraies surprises viennent de Valérie Donzelli pour « la guerre est déclarée » et de Bertrand Bonello qui réalise avec « l’appolonide » un film hyper féminin sinon féministe qui doit beaucoup à la personnalité de certaines actrices autant qu’à l’image de la chef opératrice Josée Deshaies. Si Claire Denis ou Noémi lowsky pour ne citer quelles font figure de grandes anciennes toujours bien présentes, Patricia Mazuy a signé l’excellent « sport de filles ». De plus, une génération prometteuse fait son apparition. L’année passée on avait pu entre autre remarquer les films de Rebecca Zlotowski ( belle épine), Céline Sciamma (Tomboy), Sophie Letourneur ( Bienvenue au ranch). Cette année Mia Hansen love confirme avec « Un amour de jeunesse » et l’on découvre Delphine Coulin : « 17 filles », Emmanuelle Millet : « la brindille », Brigitte Sy : « les mains libres ».

« Un été brulant » de Philippe Garrel  VU0255.

« Sport de filles » de Patricia Mazuy  VS1553.

« Un amour de Jeunesse » de Mia Hansen-love  VU0257.

« 17 filles » de Delphine Coulin VD0713.

« La brindille » d’Emmanuelle Millet VB1084.

« Les mains libres » de Brigitte Sy VM2413.

Formalisme et esthétisme à l’est?

C’est un peu un cliché mais ces qualificatifs sont souvent appliqués aux cinéastes des pays de l’est et se retrouve dans le cinéma d’ Alexandre Sokourov et Béla Tarr qui signent  chacun deux  films esthétiquement très maitrisés ainsi qu’ Andrey zvyagintsev qui confirme avec « Elena ». Par contre Le bulgare Konstantin Bojanov  qui est un artiste vidéaste passé au cinéma comme Steve MC Queen réalise un premier film sans effet esthétique, un conte moral réaliste comme le roumain Radu Muntean  avec « mardi, après noël ». Un cinéma encré dans la réalité et la complexité des rapports humains que l’on pourrait rapprocher par exemple de films remarqués l’année passée : Eastern plays de kamen Kalev pour la Bulgarie et « police adjective » de Corneliu Porumboiu pour la Roumanie.

« Elena » d’Andrey zvyagintsev VE0499.

« La terre outragée » de Michale Boganim VT0625.

« Avé » de Constantin Bojanov VA0977.

« Mardi, après noël » de radu Muntean VM2668.

L’afrique:

« Viva riva » film congolais de Djo tunda wa Munga dégage une belle énergie mais la découverte majeure est celle du cinéaste Franco-sénégalais, Alain Gomis dont le troisième films : « aujourd’hui » avec saul Williams sort actuellement sur les écrans et dont nous avons reçu les deux films précédents.

« Andalucia » d’Alain Gomis VA0929.

« L’afrance » d’Alain Gomis VA0892.

Israel:

Contrairement à une série de films franco israélien comme  le fils de l’autre ou une bouteille à la mer qui aborde le conflit Israélo-palestinien avec des bons sentiments mais de manière caricaturale. Les films les plus intéressants évitent ce sujet mais se livrent à une critique interne de la société Israélienne assez radicale.

« Le vagabond » d’Avishai Sivan VV0342.

« Une jeunesse israélienne » de Mushom Salmona VU0277.

« Frozen days » de Danny Lerner VF0829.

Amérique latine :

« Les vieux chats » de sébastian Silva et Pedro Peirano (Chili) VV0343.

« Le dernier été » de la Boyita de Julia Solomonoff (Argentine) VD0691.

« Medianeras » de Gustavo Taretto (Argentine) VM2647.

« La Yuma » de Florence Jaugey (Nicaragua) VY0049.

« Carancho » de Paolo Trapero (argentine). VC1479.

Espagne :

« La piel que habito » de pedro Almodovar VP1166.

« Amador » de Fernando Leon de Aranoa VA0926.

Belgique :   

« Les géants » de Bouli lanners VG0389.

« Bullhead » de Michael R Roskam VB1157.

Angleterre-Irlande :

« Helen » de Christine Molloy et Joe Lavvlor VH0560.

« L’irlandais » de John Michael MCdonagh VI0308.

Turquie :

« Il était une fois en Anatolie » de Nuri Bilge Ceylan VI0305.

Chine :

« Love and bruises » de Lou ye VL1136.

Japon :

« I wish » de Hirokazu Kore-eda VI0326.

Les séries :

« Treme » (par les créateurs de la série « the wire ») VT0566/623.

« The corner » ( par les créateur de la série « the wire ») VC1632.

« The Killing » de Birger larsen VK0144 à 0147.

« Mildred Pierce » de Todd Haynes VM2670.

Formes longues :

« Les mystères de Lisbonne » de Raoul Ruiz VM2695.

« Le soulier de satin » de Manoël de Oliveira VS1227.

« Welcome to Vienna » d’Axel Corti VW0146.

Rééditions :

« Touki bouki (Le voyage de l’hyène) » de Djibril diop Mambetty VV0334.

« Le combat dans l’ile » d’Alain Cavalier VC1573.

« Le journal de David Holzman » de jim MCBride VJ0314.

« Husbands » de John Cassavetes VH0558.

« Peau d’homme, cœur de bête » d’Hélène Angel VP1167.   

« La Nuit » de Michelangelo Antonioni VN0415.

« Deep end » de Jerzy Skolimowski. VD0704.

« Institut benjamenta » des frères Quay. VI0268.

« Safe » de Todd Haynes. VS1192.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

E-mail subscription

Archives

Galerie Vidéos

Galerie Photos

%d blogueurs aiment cette page :