Google+

Mark in the water : les enjeux du solo au saxophone

mai 17, 2013 par mediamons

  A propos de deux mises en évidence réalisées en lien avec le concert solo du saxophoniste américain Ken Vandermark, qui s’est déroulé vendredi 10 mai 2013 à la Médiathèque de Mons.

Affiche Ken web ok

En 1968, Anthony Braxton enregistre « for alto », le premier album solo entièrement joué au saxophone seul. On peut aujourd’hui se poser la question de savoir pourquoi  un tel exercice apparait aussi tard dans l’histoire du jazz, alors que la libération des formes y a été initiée par Ornette Coleman dès la fin des années 50. De façon symptomatique, deux morceaux de cet enregistrement  sont dédiés l’un à John cage, l’autre à Cecil Taylor. Dès lors cette pratique va impressionner  et inspirer d’autres musiciens de jazz et nécessairement les grands improvisateurs que sont Steve lacy, Peter Brotzman, Joe MCphee, Evan Parker, Mats Gustafsson ou John Butcher…qui s’y sont adonnés à plusieurs reprises. Hamiet Bluiett, John Carter, Daunik Lazro, John Zorn, Roscoe Mitchell ou Sonny Rollins…se sont aussi confronté à cet exercice périlleux.

Si le solo est inhérent au piano par exemple et sans difficulté importante à la guitare, c’est qu’il s’agit d’instruments dont les possibilités mélodiques sont étendues. Pour tout autre instrument, un enregistrement solo représente un défi à la fois technique et expressif. C’est ce qui explique que sommes toute dans le jazz, les enregistrements solo aux saxophones ne soient pas si nombreux et qu’ils soient aussi l’apanage des expérimentateurs et des improvisateurs.  Le site  « culturopoing » fait une courte mais intéressante présentation sur le thème du saxophone solo. Il montre que  les notions d’espace et de temps ont tendance à  y remplacer celles d’harmonie et de mélodie. De même il renseigne plusieurs types de stratégies développées par les musiciens pour justement occuper l’espace et le temps.    

furniture music

La discographie de  Ken Vandermark ne présente que deux enregistrement solo. Dans le premier, « furniture music » enregistré en 2002 et édité par OKKA-disc, chaque morceau est dédié soit à des musiciens proches comme P Brotzman, E Parker, J McPhee mais aussi à John Cage, Eric Satie ou Morton Feldman, soit à des peintres abstrait comme Pollock, Mondrian ou Rothko. Le titre de l’album fait lui référence à la musique d’ameublement d’Eric Satie.

Mark-In-The-WaterAlors qu’il cite « ténor », l’enregistrement solo que Joe McPhee réalise en 1976 comme révélation de sa voie musicale, c’est un autre exercice solo réalisé par le tromboniste Paul Rutherford qui va l’amener à une nouvelle lecture du jeu en solo. C’est cette approche différente qu’il va développer sur « mark in the water » enregistré en 2010 et édité par « not two records ».

 C’est  ce nouveau cadre d’improvisation qu’il a présenté le  vendredi  10 mai à l’auditorium de la médiathèque du manège.mons  à Mons.

Voici comment il explique cette nouvelle approche : « Lors de mon premier album solo FURNITURE MUSIC [UV2041] en 2003, j’ai utilisé des modèles ou des cadres descriptifs pour développer chaque improvisation. Rien n’a été pré-composé dans le sens conventionnel, mais ce système m’a donné un ensemble spécifique de paramètres à travailler qui étaient assez souples pour s’adapter à une performance spécifique et à l’environnement. Cela m’a permis de créer une musique qui n’était pas tributaire d’autres intervenants, avec un système qui est pas seulement une imitation des idées qui avaient été mieux présentées avant, par des innovateurs comme ; Braxton, Brötzmann, Carter, Dolphy, Giuffrè, Hawkins, Lacy, McPhee, et E. Parker. Pendant quelques années, après la sortie de FURNITURE MUSIC, j’ai continué à utiliser cette méthode lors des concerts solo. Puis, quelque chose a changé ; d’une certaine manière la méthodologie du modèle ne m’a plus excité. Une fois que le système fonctionne j’ai besoin de trouver une nouvelle approche du jeu en solo. Il était nécessaire de rétablir le cadre de risque improvisationnel à chaque performance. Principalement motivé par les enregistrements du tromboniste anglais Paul Rutherford, j’ai décidé d’essayer et d’abandonner complètement mes structures. Les risques en jouant de cette façon sont réels, l’improvisateur est pleinement exposé, la ligne entre réussite et échec est évidente pour un public qui regarde et écoute. Pour moi il devenait nécessaire d’essayer, et comme disait l’acteur James Cagney: « installez-vous solidement sur vos deux pieds et dites la vérité »… [Traduction notes  de pochette écrite par  Ken Vandermark] .

En lien avec l’évènement que constitue son concert solo du 10 mai et le rassemblement de son imposante discographie, il nous a paru aussi intéressant de sélectionner  une quarantaine d’enregistrements solos au saxophone à l’exception notable de ceux réalisés au trombone par Paul Rutherford ou John Carter à la clarinette. Notons que si Ken Vandermark utilise deux type de saxophone (ténor et baryton) et de clarinette, John Zorn (alto, soprano), John Butcher (ténor, soprano) et que  Peter Brotzman utilise lui pas moins de sept instruments à anches différents. Il est plus courant que l’improvisateur s’en tienne à un seul instrument.

  En voici donc quelques-uns des enregistrements parmi les plus emblématiques.

 FOR ALTO : Anthony BRAXTON :  Saxophone alto, [solo]

DELMARK RECORDS, 2000. Enregistrement 1969. UB7036

FOR ALTO Anthony BRAXTON

 

TENOR & FALLEN ANGELS : Joe McPHEE : saxophone tenor

HATOLOGY, 2000. Enregistrement 1976-1977. UM3955

TENOR & FALLEN ANGELS  Joe McPHEE  saxophone tenor.

SOLO IN BERLIN 1975: Paul RUTHERFORD Trombone,[solo].

EMANEM, 2007. Enregistrement 1975.  UR9830

SOLO IN BERLIN 1975 Paul RUTHERFORD

Prestation solo. Musique expressive qui joue dans le registre des sons médiums. Il n’y a pas d’éclats ou d’emportements tonitruants. Forme musicale qui interroge, ou plutôt qui interpelle. Enregistrement de 1975 qui succède de 6 ans le « For Alto » d’Anthony Braxton qui initia quelque part ce genre de prestation solo décalée. ( note médiathèque).

BIRTHRIGHT (A SOLO BLUES CONCERT): Hamiet BLUIETT

Saxophone baryton,  INDIA NAVIGATION, 1995. Enregistrement 1977. UB5871 

BIRTHRIGHT (A SOLO BLUES CONCERT) Hamiet BLUIETT

A SUITE OF EARLY AMERICAN FOLK PIECES FOR SOLO-CLARINET 

John CARTER  Clarinette.                                                                                                                                 MOERS MUSIC, 1979. UC1502 

A SUITE OF EARLY AMERICAN FOLK PIECES FOR SOLO-CLARINET

THE CLASSIC GUIDE OF STRATEGY, VOLS.1 & 2: John ZORN

Saxophone alto, Saxophone soprano, Clarinet, Miscellaneous.                                                                                                                                  TZADIK CD, 1996. Enregistrement 1983-1985. UZ7232 

Classic guide to strategy vol 1 & 2

                                                                                                                            

 

SOLO: Steve LACY Saxophone soprano, [solo] .                                                                                                                                    IN SITU, 1991. Enregistrement 1985. UL0430 

SOLO Steve LACY

THE SNAKE DECIDES: Evan PARKER Saxophone soprano, Compositeur, [solo]                                                           PSI RECORDS COMPACT (GBR), 2003.

Enregistrement 1986. From Incus Records.  UP1700 

THE SNAKE DECIDES Evan PARKER

TIME LAPSE: Evan PARKER Saxophone soprano, Orgue, [solo] .

TZADIK CD, 2006. Enregistrement 1996-2001. UP1683 

TIME LAPSE Evan PARKER

NO NOTHING: Peter BRÖTZMANN

 Brötzophone, Clarinette, Saxophone alto, Saxophone basse, Clarinette basse, Saxophone ténor, Tarogato, [solo] FMP, 1990. UB7911 

NO NOTHING Peter BRÖTZMANN

CATAPULT : Mats GUSTAFSSON Saxophone baryton, [solo] .                                                                                      DOUBTMUSIC, 2005. UG9474 

CATAPULT  Mats GUSTAFSSON

RESONANT SPACES : John BUTCHER Saxophone ténor, Saxophone soprano, [solo] .                 CONFRONT, 2008. Enregistrement 2006. UB9541 

RESONANT SPACES  John BUTCHER

 Exploration acoustique, au saxophone tenor ou soprano, de différents lieux (grottes, ancien réservoir d’essence : un dôme circulaire de 100 mètres de diamètre sur 20 mètres de haut, réservoir d’eau souterrain, mausolée, ancienne glacière…). Jeu sur la réverbération et l’écho des espaces investis. Jeu souvent ténu jouant aux frontières des possibilités de l’instrument, « possibilités cachées » comme le souligne lui-même John Butcher. (BB)

Livret de 20 pages avec reproductions de photos des lieux et localisation sur carte (tous se trouvent en Ecosse).

Musicien à la discographie abondante et approche singulière du saxophone (note médiathèque).

P.M.

E-mail subscription

Archives

Galerie Vidéos

Galerie Photos







Plus de photos
%d blogueurs aiment cette page :