Google+

Rengaine de Rachid Djaïdani

mai 17, 2013 par mediamons

Rengaine de Rachid Djaïdani2Ce film présenté à la quinzaine des réalisateurs à cannes en 2012 a mis 9 ans à se construire. Ancien boxeur Rachid Djaïdani a aussi été comédien dans la troupe de Peter brook où il a rencontré l’acteur principal de son film, stéphane Soo Mongo. Cette formation commune est l’amorce de l’expérience  de cinéma qui démarre fin de l’année 2003 sous le signe de l’apprentissage et du dénuement. Armé d’une simple caméra DV et sans synopsis précis, le cinéaste construit son film au fil des rencontre sur base d’improvisation dans le contexte quasi documentaire de la rue parisienne. On pense assez rapidement à « shadows », premier film de John Cassavetes que Rachid Djaïdani n’a pourtant découvert qu’en cours de projet. Les comédiens sont souvent filmés au corps à corps et les visages en gros plans instables dans une logique issue de sa formation d’acteur chez Peter Brook et de son expérience de boxeur. Ce parti pris esthétique qui pourrait agacer (la caméra tremblée) fonctionne pourtant sur la durée du fait qu’il conjugue à la fois spontanéité et  déconstruction maitrisée et revendiquée (Godard comme référence). Ni tout à fait film de lascars, ni tout à fait film auteuriste , « rengaine » avec humour et lucidité parle autant des difficultés à faire du cinéma malgré l’accessibilité du numérique que du rejet de l’autre malgré la situation d’inter culturalité  vécue au quotidien. On est moins ici au cœur d’une problématique religieuse (il ne s’agit pas de milieu intégriste) que raciale. Cette histoire d’amour contrariée entre un noir chrétien et une magrébine musulmane qui se heurte au refus d’une partie des familles met à plat le paradoxe des rejets communautaires basés sur des traditions et aussi le poids qu’elle impose à ceux qui pensent devoir en rester les gardiens.

Reference médiathèque : VR0516.

P.M.

Publicités

E-mail subscription

Archives

Galerie Vidéos

Galerie Photos







Plus de photos
%d blogueurs aiment cette page :