Google+

Aujourd’hui [tey] d’Alain Gomis

octobre 30, 2013 par mediamons

terreLe cinéaste franco-sénégalais, Alain Gomis était présent début de ce mois d’octobre à Bozar pour présenter son dernier film « aujourd’hui » [tey] qui a également été projeté cette année au festival de Berlin et au FIF de Namur. Nous avons bénéficié l’année passée de l’édition DVD de ses deux premiers longs métrages, « l’Afrance » [2001] et « Andalucia » [2008] qui laissent apparaitre  le travail personnel du cinéaste sur la direction d’acteur et sa vision singulière sur la double culture et le déracinement.

teySatché, personnage principal de ce troisième long métrage est interprété par le poète slameur Saul Williams ( Slam). Il vit la dernière journée de sa vie, il le sait comme tout le monde autour de lui car en Afrique, « il arrive que la mort prévienne de sa venue ». Le film ne s’attarde pas sur ce postulat imaginaire mais le sentiment d’exil et d’étrangeté induit par la scène introductive évoque encore le déracinement. En effet l’homme qui se réveille dans sa maison familiale est revenu à Dakar après des années passées à l’étranger. Son errance quasi mutique à travers la ville sur les traces de son passé est une redécouverte de lui-même. La déambulation en compagnie de l’ami proche qui le mène du cercle familial élargi (ses parents) à la cellule familiale intime (sa femme et ses enfants) passe par des rencontres avec son premier amour, le laveur de mort, les représentants du pouvoir, la rue où gronde la révolte. Mais si le film s’intitule aujourd’hui c’est d’abord parce qu’il s’inscrit dans le présent et refuse tout évocation nostalgique et flash-back convenu. Progressivement le déplacement dans l’espace du personnage décrit un mouvement qui va du social à l’intime. La vision critique et la pesanteur des rapports sociaux bien concrète fait place à une sensation de l’intime proche du fantastique.

Ce conte philosophique qui parle de la mort est évidemment un hommage à la vie. Il est traité ici avec une grande simplicité par un acteur et un cinéaste qui lui donne une consistance et une intensité rare.

En bonus, on trouve  une très intéressante interview du cinéaste réalisée par universciné. Alain Gomis y parle de son admiration pour Ozu, du cinéma comme d’une terre d’accueil et d’un territoire où l’on peut échanger. Il souligne  également l’importance des lieux et de la personnalisation des espaces. Ce qu’il dit ensuite sur ce qu’il attend des spectateurs et sur sa méthode de travail avec les comédiens est tout aussi éclairant et séduisant.

Films en DVD :

L’AFRANCE – VA0892

ANDALUCIA – VA0929

AUJOURD’HUI / PETITE LUMIÈRE – VA1061

Publicités

E-mail subscription

Archives

Galerie Vidéos

Galerie Photos

%d blogueurs aiment cette page :