Google+

Focus sur le festival au carré 2016

juillet 1, 2016 par monsmedia

Cette année le festival au carré débutera avec l’ensemble « Al Manara » formé de 12 musiciens palestiniens et européens placé sous la direction de Ramzi Aburedwan et d’Eloi Baudimont. Un métissage, une rencontre de la sonorité cuivrée des fanfares Européennes et de la profondeur des cordes orientales.

Déjà présent en 2008 lors du festival « Masarat Palestine » organisé par la Communauté Française, Ramzi Aburedwan est aussi le fondateur d’une association « Al Kamandjati » qui a créé des écoles de musiques dans plusieurs villes de Palestine.

Ramzi Aburedwan

Ce projet a fait l’objet d’un film documentaire « it’s not a gun » en 2003.

It's not a gun

http://www.alkamandjati.com/videos/nos-films/

D’un point de vue discographique, Ramzi Aburedwan a enregistré principalement avec l’ensemble dal’Ouna.

Reflexions palestine

Arabic Revolution

Palestine

En ouverture du festival l’ensemble « Al manara » accompagnera musicalement des textes du grand poète palestinien Mahmoud Darwish. Il faut voir le film de Simone Bitton « mahmoud Darwish : Et la terre, comme la langue » pour comprendre l’importance de la poésie dans la culture Palestinienne.

Mahmoud_Darwich_et_la_terre_comme_la_langue

darwich_recital

Notons qu’en 2013, le festival Tournaisien des « inattendus » a programmé une rencontre entre l’ensemble « Al Manara » et le philosophe Edgard Morin. Un enregistrement CD et un DVD de la soirée accompagné de photo de Véronique Vercheval est disponible auprès de la maison de la culture de Tournai.

« Causerie », une rencontre avec le comédien David Murgia et le réalisateur et comédien Bouli Lanners programmée le second jour du festival peut offrir l’occasion de redécouvrir leurs films et notamment les rôles de David Murgia dans « la régatte », «  Bullhead » ou « géronimo » …

Et les films réalisés par Bouli Lanners:

Ultranova

Eldorado

Géants

Bien sûr pas mal de courts métrages, de rôles secondaires ou de rôles principaux marquants.

Parmi lesquels ont pointera comme films récents :

https://pointculture.be/album/guillaume-malandrin-stephane-malandrin-je-suis-mort-mais-j-ai-des-amis_498353/

https://pointculture.be/album/solveig-anspach-lulu-femme-nue_490759/

Sans oublier le documentaire que Benoit Mariage lui a consacré :

https://pointculture.be/album/benoit-mariage-on-the-road-again-le-cinema-de-bouli-lanners_481356/

Renata RosaLa venue de Renata Rosa nous permettra de mettre à l’honneur la culture musicale du Nordeste Brésilien.

Originaire de Sao Paulo, la chanteuse et musicienne a été séduite par les traditions métissées de l’état du Pernambouc qu’elle a étudiées. Son chant est influencé entre autre par la pratique des « repentitas » ces joutes d’improvisations poétiques issues des troubadours occitans mais aussi présentes au Portugal et en Galicie.

Le film de Marie-clémence et César Paes, « Saudade do futuro » raconte précisément l’influence musicale des migrants Nordestins dans la métropole de São Paulo.

dvd-saudade-do-futuro

Mais la production discographique de Renata Rosa porte la trace d’une palette très riche de traditions populaires auxquels elle s’est intéressée avec respect et qu’elle s’est réappropriée avec une grande authenticité.

Pendant plusieurs années, elle a étudié les chants polyphoniques des indiens ou appris la « rabeca », un violon archaïque typique du Nordeste mais issu d’Afrique du nord.

Sa discographie compte trois albums dont deux sont disponibles à la médiathèque:

Manto dos sonhos

Renata-ROSA-Zunido-da-mata

Par ailleurs une mise en évidence de la culture du Nordeste brésilien sera présentée dans le dépôt consacré au festival dont voici quelques exemples:

Baianas

aboio

Cavalo

nordeste

Forro

Avec une connexion vers la musique occitane:

silverio

ocitania

Quentin Dujardin est également un musicien qui a multiplié les rencontres musicales authentiques avec d’autres cultures comme le montre le documentaire « sur le chemin ».

Dujardin, Quentin - Impressionniste

veloma

Une mise en évidence discographique est également consacrée au trompettiste du jazz latino Jerry Gonzalez

calle 54

Ainsi qu’à Baloji qui clôturera le festival

baloji

A voir le DVD bonus de l’album « Kinshasa succursale » qui comprend un documentaire sur l’enregistrement de l’album au Congo.

Advertisements

E-mail subscription

Archives

Galerie Vidéos

Galerie Photos







Plus de photos
%d blogueurs aiment cette page :