Google+

« Beat génération »: Quelques références musicales et cinématographiques

septembre 16, 2016 par mediamons

Pour illustrer notre mise en évidence sur la beat-génération, voici une sélection de films, documentaires et enregistrements audio. Pour accéder directement au descriptif de chaque album et voir ça disponibilité de prêt il suffit de cliquer sur l’image.

Adaptations au cinéma et films biographiques

le-festin-nu

howl

sur-la-route

Citons aussi : « The subterraneans »(1960)  de Randal Mac Dougall

« Heart beat » (1980) de John Byrum.

“Suicide club” (1997) de Stephen Kay

“Beat” (2000) de Garry Walkow.

“Kill your darlings” (2013) de John Krokidas.

“Big sur” (2013) de Michael Polish.

 

Films inspirés par la « beat génération »

 

The Connection

 

macadam-a-deux-voies

 

stranger

 

candy

 

drugstore_cowboy

 

my-own-private-idaho

 

Documents / films documentaires

 

robert frank film vol 1 - Gop photobooks site

cut-up-films

william-s

A voir en VOD

 

beat

 

 

the-source

 

 

le-temps-des-rebelles

 

 

Documents littéraires audio,  compilations thématiques, textes et musiques

 

 

 

howls

kerouac-kicks-joy-darkness

haiku

poetry-for-the-beat-generation

Readings by Jack Kerouac on the Beat Generation

reads

holy-soul

allen-ginsberg

lion

new-york-blues-rags-ballads-harmonium-songs

wichita-vortex-sutra

philip-glass

howl_u_s_a

break-through-in-grey-room

call-me-burroughs

dead-city-radio

giorno

cash-cow

self-portrait-jumping

the_pool_k_iii

 

steve-lacy

 

 

steve

Influences musicales et musiciens inspirés par la « beat génération »

Amateur de jazz fasciné par Charlie Parker, Jack Kerouac s’est inspiré dans son style littéraire du rythme syncopé du Be-Bop. Il enregistrera notamment avec les saxophonistes Al Cohn et Zoot Sims et le pianiste Steve Allen.

jazz-of-the-beat-generation

Allen Ginsberg qui a été proche de Bob Dylan  apparait sur le clip de la chanson « subterranean homesick blues » repris au début du documentaire « Don’t look back »  de D.A. Pennebaker mais le titre fait lui référence à un roman de Jack Kerouac. Les albums produits par Dylan entre 1965 et 1967 (Bringing it all back home, highway 61 revisited et Blonde on blonde) qui correspondent à son évolution musicale du folk vers le rock sont en partie inspiré par les romans de Kerouac et la poésie de Ginsberg. Ce que l’on sait moins c’est que Dylan a aussi en partie puisé les racines de ses premières influences musicales dans l’écoute attentive de « the anthology of American folk music » éditée en 1952 chez « smithsonian folkways » par Harry Smith, figure éclectique importante du mouvement beat.

american-folk

dylan

Patti Smith qui s’est elle aussi liée avec Ginsberg et Burroughs est une digne héritière des Beats par sa tentative d’insuffler la poésie dans le rock.

Quant à William Burroughs, il a été plus souvent cité par le rock et particulièrement par l’underground américain, de Frank Zappa, Genesis P Orridge,  Laurie Anderson, Lydia Lunch, Sonic Youth à  John Cale…

file-under

A lire (pour faire vite)

Les Inrockuptibles hors-série : Sur la route avec la beat génération:

 

inrocks

 

Le catalogue de l’exposition « Beat génération – New-York, San Francisco, Paris.

Edition du centre Pompidou.

beat-generation

La beat génération. La révolution hallucinée d’Alain Dister.

Edition Gallimard/ collection découvertes N° 334.

la-revolution

 

 

Beat hôtel de Barry Miles

Edition Le mot et le reste / Attitudes

beat-hotel

 

 

Advertisements

E-mail subscription

Archives

Galerie Vidéos

Galerie Photos







Plus de photos
%d blogueurs aiment cette page :