Google+

Henri Storck, de l’avant-garde au documentaire social

octobre 12, 2016 par mediamons

Découvrir « le banquet des fraudeurs » projeté au Plaza-Art dans le cadre des « classiques sur grand écran ».

Pour accéder directement au descriptif de chaque film et voir ça disponibilité de prêt il suffit de cliquer sur l’image.

laura-vichi

Le titre de l’ouvrage consacré à Henri Storck par Laura Vichi et sorti en 2002 chez l’indispensable éditeur liégeois « yellow now » résume le parcours et le sens de l’œuvre du cinéaste, pionnier et figure tutélaire du cinéma Belge.

En effet Henri Storck qui a traversé l’histoire du septième art est à la fin des années 20 en contact avec les milieux artistiques (Ensor, Permeke, Spilliaert). Il découvre le cinéma documentaire lors d’une projection de « Moana » de Robert Flaherty, fonde un ciné-club achète une caméra et se lance dans l’expérimentation cinématographique influencé par le surréalisme. Quatre films réédités par la cinémathèque rendent compte de cette période.

avant-garde

 

Henri Storck s’orientera ensuite vers le documentaire social dont « misère au borinage » reste un classique incontournable et après la guerre il sera l’un des pionniers du documentaire sur l’art.

La restauration d’un grand nombre de ses films par la cinémathèque de Bologne a permis l’édition par la cinémathèque de la fédération Wallonie Bruxelles d’un coffret DVD/Blu-ray qui se décline en quatre thèmes plus ou moins chronologiques.

IMAGES D’OSTENDE / LES FILMS OSTENDAIS

ostende

MISÈRE AU BORINAGE / LES FILMS SOCIAUX

 

borinage

 

SYMPHONIE PAYSANNE

paysans

 

ART & CINÉMA

 

art-cinema

 

Si les frères Dardenne lui ont rendu hommage en recevant leur première palme d’or, c’est le documentariste Patrick Jean qui se place directement sur ses traces en lui adressant une lettre-film « les enfants du borinage ».

LES ENFANTS DU BORINAGE : LETTRE À HENRI STORCK

enfants

 

Dans le cadre des « classiques sur grand écran », le Plaza-art propose de découvrir une facette moins connue du cinéaste avec la projection de son unique long métrage de fiction «  le banquet des fraudeurs » réalisé en 1951.

fraudeurs

A lire aussi pour situer la place et l’influence d’Henri Storck sur le cinéma Belge :

regards

crise

enciclopedie

Publicités

E-mail subscription

Archives

Galerie Vidéos

Galerie Photos

%d blogueurs aiment cette page :