Google+

L’image de l’indien dans le cinéma Américain

octobre 29, 2016 par mediamons

Suite à la projection du film d’Arthur Penn, « Little big man » au Plaza Art le mois passé, nous avons concocté une mise en évidence sur l’image de l’indien dans le cinéma américain.

L’image de l’indien dans le cinéma américain a  suivi une évolution que Pascal Bauchard et Hubert Schang ont très bien synthétisé dans des textes repris sur l’ancien site de la médiathèque début des années 2000:

Une filmographie sélective

Cette filmographie sélective s’inspire de celle proposée par Pascal Bauchard. Elle rassemble un plus grand nombre de références mais uniquement celles que l’on peut trouver  dans les collections « Pointculture »  en support DVD et même parfois VHS.

Elle ajoute des références plus récentes et distingue les films qui couvrent la période historique allant des premiers contacts entre les colons européens et les populations amérindiennes (le nouveau monde de Terence Mallick ) et la fin des guerres indiennes (cheyennes de John Ford), des films ou documentaires qui abordent la situation contemporaines des populations amérindiennes.

Pour accéder directement au descriptif de chaque film et voir ça disponibilité de prêt il suffit de cliquer sur l’image.

 

Époque du muet

 L’exemple le plus évident de la dimension ethnologique des films consacrés aux amérindiens.

Edward S. CURTIS

land

Ou quand ils incarnent le « bon sauvage » dans la tradition du 18ème siècle.

D.W. GRIFFITH

La vision de l’indien comme obstacle à la conquête de l’ouest apparaît déjà dans les premiers films muet de John Ford.

John FORD

iron

 

L’indien dans le western classique ( 1930-1950)

Le western classique justifie la conquête de l’ouest et  renvoie une image hostile et anonyme de l’indien comme obstacle dont l’élimination est inévitable. Cependant les films de John Ford faisant partie de « la trilogie de la cavalerie (le massacre de fort apache et la charge héroïque, rio grande), montre déjà une certaine empathie pour les indiens. Les personnages d’officiers joués par John Wayne qui connaissent les indiens et les respectent font tout pour éviter l’affrontement.

Cecil B. DEMILLE

buffalo

King VIDOR

passage

John FORD

chevauchee

Robert WALSH

charge

Cecil B. De MILLE

conquerants

John FORD

fort

John FORD

heroique

L’indien dans les westerns d’après-guerre :

 Vers la reconnaissance (années 50-60)

Les indiens commence à apparaître comme des êtres humains mais le « bon indien »  reste celui qui choisit de s’intégrer au mode de vie occidental et il est toujours interprété par des acteurs blancs. «  Cheyennes », le dernier film de John Ford réalisé en 1964 est révélateur de ce changement de point de vue. L’évolution du cinéaste sur la question annonce le renversement  d’image qui va se produire dans les décennies suivantes. Dans ce film les rôles principaux d’indiens sont toujours tenus par des acteurs « latino » mais les figurants sont bien des indiens et pour la première fois ils s’expriment réellement dans une langue indienne.

 Delmer DAVES

fleche

Anthony MANN

porte

Howard HAWKS

captive

Robert ALDRICH

apache

André DE TOTH

riviere

John FORD

prisionniere

John FORD

cheyennes

L’image retournée : Le cycle de la sauvagerie (Années 70)

Dès la fin des années 60, la représentation de l’indien s’inverse totalement en relation avec le contexte politique (mouvements de revendications  des droits civiques, guerre du Vietnam, organisation des communautés amérindiennes…). Ces films traitent d’une époque où l’ouest est encore sauvage.

Abraham POLONSKY

willie

Ralph NELSON

soldat

Arthur PENN

little

Elliot SILVERSTEIN

cheval

Sidney POLLACK

jeremiah

Des années 90 à aujourd’hui

Dans les années 80, le déclin du western estompe l’image de l’indien dans le cinéma américain. Le succès inattendu de « Danse avec les loup » va relancer le sujet dans les années 90. Le point de vue reste celui des années 70 mais les rôles sont maintenant tenus  par des acteurs d’origines amérindiennes (John Trudel, Graham Greene, Russell Means, Wesley Studi…). Un  réalisateur comme Chris  Eyre travaille pour la télévision et la situation actuelle des amérindiens commence à être évoquée.

 Kevin COSTNER

danse

Michael MANN

mohicans

Walter HILL

geronimo

Jim JARMUSCH

dead-man

Terrence MALICK

nouveau

Alejandro GONZALEZ INARRITU

revenant

Sur La situation contemporaine des amérindiens

La situation contemporaine sociale et culturelle des amérindiens est évoquée dans des films de fiction des séries et des documentaires surtout depuis les années 90.

Kent MCKENZIE

exiles

Michael CIMINO

sunchaser

Johnny DEPP

brave

Chris EYRE

phoenix

Chloé ZHAO

chansons

Les séries

THE RED ROAD – 1 (2014)

James GRAY – James M. MURO – Lodge KERRIGAN…

red

Christopher CHULACK – Michael UPPENDAHL – Gwyneth HORDER-PAYTON…

longmire

Christopher CHULACK – Michael OFFER – Gwyneth HORDER-PAYTON…

longmire2

Les documentaires

Michael APTED

oglala

Jo BERANGER – Doris BUTITGNOL

voyage

Jimmy LEIPOLD

Documentaires historiques

Jack LEUSTIG

500

Ric BURNS – Chris EYRE – Dustinn CRAIG…

terres

lire aussi

Voici quelques liens pour compléter l’analyse du film d’Arthur Penn, « little big man » :

Advertisements

E-mail subscription

Archives

Galerie Vidéos

Galerie Photos







Plus de photos
%d blogueurs aiment cette page :